Afin que tout le monde puisse lire ce livre, l'auteur a autorisé sa lecture en ligne. Vous pouvez ainsi en lire les douze chapitres en poursuivant votre lecture en cliquant sur le lien à la fin de chaque page.
Si vous partagez ces textes, pensez à citer votre source : http://www.leretourduchrist.fr



Lire un autre extrait

Commencer la lecture

Liens


"Car le Fils de l'homme doit venir avec ses anges dans la gloire de son Père, et alors il rendra à chacun selon sa conduite." (Mt16:27)

Le retour du Christ

et la libération des âmes

par Jean-Luc Matthieu

EXTRAIT


Comme nous venons de le voir il est nécessaire, si l’on souhaite approcher au plus près la vérité, de ne pas prendre au pied de la lettre tout ce qui est écrit dans les livres religieux. Sans pousser notre prudence jusqu’au scepticisme, qui peut aussi conduire à l’athéisme, nous pouvons toutefois exercer un regard et une réflexion lucides en faisant appel aux outils performants de notre siècle : les encyclopédies en ligne et les nombreuses traductions que nous pouvons trouver sur Internet.
C’est ainsi que l’on peut avoir accès aux chapitres d’un livre qui ne figure pas dans la Bible officielle, même dans la TOB :

Le livre d’Enoch (ou Hénoch)

Il s’agit d’un écrit de l'Ancien Testament attribué à Hénoch, arrière-grand-père de Noé. Il fait toujours partie du canon de l'Ancien testament de l'Église éthiopienne orthodoxe, mais il a été rejeté par les Juifs qui ne l’ont pas inclus dans la Bible des Septante. Il a été officiellement écarté des livres canoniques vers 364 lors du concile de Laodicée (canon 60), et il est considéré depuis comme apocryphe par les autres Églises chrétiennes.
Or, quand on prend connaissance des principaux canons de ce concile de Laodicée, on se rend compte qu’il est extrêmement doctrinaire, voire sectaire:
Il « défend de donner des responsabilités aux femmes dans l'Église et dans les assemblées » (11) « défend aux chrétiens de se baigner avec les femmes... » (30) « défend aux chrétiens de quitter l'église de Dieu pour aller invoquer les anges et faire des assemblées défendues » (35) « défend aux prêtres et aux clercs d'être magiciens, enchanteurs, mathématiciens ou astrologues... » (36) ou encore « défend aux chrétiens de danser quand ils assistent aux noces et leur permet seulement d'y prendre modestement leur repas comme il convient à des chrétiens » (53).
C’est également à ce concile que fut exclu l’Apocalypse de Jean, comme le fit remarquer Voltaire en son temps.

Que raconte ce livre d’Enoch qui a pu gêner à ce point les évêques qui participaient à ce concile ?

La première section du livre décrit la rébellion puis la chute des anges déchus et plusieurs voyages visionnaires au ciel et aux enfers, en compagnie des archanges qui font diverses révélations à Enoch.
La seconde section contient des paraboles et des visions concernant la fin des temps et le Jugement dernier. Cette section contient le livre de l'apocalypse de Noé.
La troisième section est un traité d'astronomie et de météorologie.
La quatrième section est un recueil de songes visionnaires.
La cinquième section contient un ensemble d'exhortations et d'annonciations.1

On comprend mieux pourquoi, surtout pour le contenu de la première et de la troisième section, l’Eglise de l’époque a rejeté ce livre. De toute évidence, elle ne voulait pas entendre parler de certaines choses qui dérangeaient les croyances de l’époque.
Cependant, quand on prend connaissance du septième chapitre de la première section, ce que dit Enoch est assez troublant :

« 1. Quand les enfants des hommes se furent multipliés dans ces jours, il arriva que des filles leur naquirent élégantes et belles.
2. Et lorsque les anges, les enfants des cieux les eurent vues, ils en devinrent amoureux ; et ils se dirent les uns aux autres : choisissons-nous des femmes de la race des hommes, et ayons des enfants avec elles.
3. Alors Samyaza leur chef leur dit : je crains bien que vous ne puissiez accomplir votre dessein.
4. Et que je supporte seul la peine de votre crime.
5. Mais ils lui répondirent : nous vous le jurons.
6. Et nous nous lions tous par de mutuelles exécrations ; nous ne changerons rien à notre dessein, nous exécuterons ce que nous avons résolu.
7. En effet ils jurèrent et se lièrent entre eux par de mutuelles exécrations. Ils étaient au nombre de deux cents, qui descendirent sur Aradis, lieu situé près le mont Armon.
8. Cette montagne avait été appelée Armon, parce que c’est là qu’ils avaient juré et s’étaient lié par de mutuelles exécrations.
9. Voici le nom de leurs chefs ; Samyaza, leur chef, Urakabarameel, Akibeel, Tamiel, Ramuel, Danel, Azkeel, Sarakmyal, Asael, Armers, Batraal, Anane, Zavebe, Samsavel,Ertael, Turel, Yomyael, Arazeal. Tels furent les chefs des ces deux cents anges ; et le reste étaient tous avec eux.
10. Et ils se choisirent chacun une femme, et ils s’en approchèrent, et ils cohabitèrent avec elles ; et ils leur enseignèrent la sorcellerie, les enchantements, et les propriétés des racines et des arbres.
11. Et ces femmes conçurent et elles enfantèrent des géants
12. Dont la taille avait trois cent coudées*. Ils dévoraient tout ce que le travail des hommes pouvait produire, et il devint impossible de les nourrir.
13. Alors ils se tournèrent contre les hommes eux même, afin de les dévorer.
14. Et ils commencèrent à se jeter sur les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les poissons, pour se rassasier de leur chair et se désaltérer de leur sang.
15. Et alors la terre réprouva les méchants. »

*une coudée = entre 44cm et 52cm, ce qui donne une taille moyenne de... 14 m !

 

Dans le chapitre qui suit celui-ci, on apprend comment le Très Haut prévient les hommes de l’imminence d’un déluge, afin de « purifier la terre, que les anges ont souillée ».
Mais qui étaient donc ces anges ?

C’est dans le livre d’Urantia que l’on trouve quelques explications qui paraissent plausibles, voire crédibles, dans les pages qui portent comme titre « La Rébellion de Lucifer ».
Pour ceux qui n’ont jamais lu ce livre, c’est notre planète qui porte le nom d’Urantia. Lucifer est, selon le livre, « un Fils créé de l’univers local... un être magnifique, une brillante personnalité. Il venait immédiatement après les Très Hauts Pères des constellations dans la hiérarchie de l’autorité universelle. » (P.601 - §3)

 

Que sait-on de Lucifer ?

Dans la Bible, celui dont le nom signifie Porteur de Lumière apparaît uniquement dans le Livre d'Isaïe :
« Comment es-tu tombé du ciel, astre brillant (Lucifer), fils de l'aurore ? Comment as-tu été abattu à terre, toi qui foulais les nations? » (Esaie 14.12)
Associé à l'orgueil, son nom est devenu au fil des siècles l’un des noms du diable. La tradition chrétienne présente Lucifer comme un archange déchu pour avoir défié Dieu et ayant entraîné les autres anges rebelles dans sa chute. C’est le même personnage que l'Apocalypse de Jean désigne sous les noms de « Grand dragon » et d'« Antique serpent », en l'identifiant à Satan :
"Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui." (Apocalypse 12:9)
« Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles." (Apocalypse 20:10)

Mais revenons à ce que dit de Lucifer le livre d’Urantia :

« (602.1) 53:1.4 On a très peu entendu parler de Lucifer sur Urantia parce qu’il délégua Satan, son premier lieutenant, pour plaider sa cause sur votre planète... {Satan} entra pleinement dans l’insurrection de Lucifer...
Pour mettre son plan à exécution il réussit à convaincre Caligastia, prince planétaire d’Urantia, de faire alliance afin d’avoir tout pouvoir sur l’univers local. Caligastia était « ultra individualiste. Il avait tendance à prendre parti pour presque tous les protestataires et il accordait généralement sa sympathie à ceux qui exprimaient avec modération des critiques implicites... une tendance à mal supporter l’autorité, à s’offenser légèrement de toute forme de contrôle »
(754.3) 67:1.2 Caligastia avait eu la charge d’Urantia depuis trois cent mille ans lorsque Satan, l’assistant de Lucifer, fit l’une de ses visites d’inspection périodiques. Au cours de cette inspection, Satan informa Caligastia de la “ Déclaration de Liberté ” que Lucifer se proposait alors de faire et, ainsi que nous le savons maintenant, le Prince tomba d’accord pour trahir la planète dès que la rébellion serait annoncée...
(755.6) 67:2.4 Daligastia proclama officiellement Caligastia “ Dieu d’Urantia et suprême au-dessus de tout ”. Face à cette proclamation, l’alternative était claire ; chaque groupe se retira et commença ses délibérations, discussions destinées finalement à déterminer le sort de toutes les personnalités suprahumaines sur la planète. »

On voit donc bien que Lucifer avait préparé son coup. Mais, qu’en est-il de nos anges et de leur accouplement avec les terriennes de l’époque ?

« (755.7) 67:2.5 Les séraphins, les chérubins et les autres êtres célestes furent impliqués dans les décisions de cette lutte implacable, de ce long et coupable conflit. De nombreux groupes suprahumains qui se trouvaient par hasard sur Urantia au moment de son isolement y furent retenus et, à l’instar des séraphins et de leurs associés, contraints de choisir entre le péché et la droiture — entre les voies de Lucifer et la volonté du Père invisible.
(757.5) 67:4.2 Les soixante membres de l’état-major planétaire qui prirent parti pour la rébellion choisirent Nod pour chef. Ils travaillèrent de tout cœur pour le Prince rebelle, mais s’aperçurent bientôt qu’ils étaient privés du soutien des circuits vitaux du système. Ils prirent conscience du fait qu’ils avaient été rabaissés au statut des êtres mortels. Ils étaient certes suprahumains, mais en même temps matériels et mortels. Dans un effort pour accroître leur nombre, Daligastia ordonna un recours immédiat à la reproduction sexuée, sachant parfaitement que les soixante membres originels de l’état-major qui l’avaient suivi et leurs quarante quatre associés andoniques modifiés étaient condamnés à mourir tôt ou tard. Après la chute de Dalamatia, l’état-major déloyal émigra vers le nord et vers l’est. Les descendants de ces membres furent connus longtemps sous le nom de Nodites, et leur lieu d’habitation comme “ pays de Nod ”2.
Et le texte précise:
(758.1) 67:4.3 La présence de ces extraordinaires surhommes et superfemmes, abandonnés par suite de la rébellion et s’unissant bientôt aux fils et aux filles de la terre, donna aisément naissance aux histoires traditionnelles des dieux descendant du ciel pour s’unir aux mortels. Telle fut l’origine des mille et une légendes de nature mythique, mais fondées sur les faits consécutifs à la rébellion, qui prirent place plus tard dans les contes et les traditions folkloriques de divers peuples dont les ancêtres étaient entrés en contact avec les Nodites et leurs descendants. »

Nous voyons maintenant une explication plausible à l’origine de l’alliance des terriens avec ces anges qui, après avoir été rabaissés au statut d’êtres mortels par « la reproduction sexuée », ont été enchaînés au cycle des naissances et des renaissances initié par Lucifer sur notre planète.
« P.614 - §8 La folie de Lucifer fut de tenter l'infaisable, de court-circuiter le temps dans un univers expérientiel. Le crime de Lucifer fut sa tentative de priver de ses droits créatifs chaque personnalité de Satania, de réduire indûment la participation personnelle des créatures — leur libre participation volontaire — à la longue lutte évolutionnaire pour atteindre le statut de lumière et de vie à la fois individuellement et collectivement. En agissant ainsi, cet ancien Souverain de votre système opposa directement le dessein temporel de sa propre volonté au dessein éternel de la volonté de Dieu tel qu'il est révélé par le don du libre arbitre à toutes les créatures personnelles. »

Voilà donc ce que révèle d’une part le Livre d’Enoch sur l’origine de la « chute » des anges sur notre planète, et d’autre part le Livre d’Urantia sur les conséquences qui en ont découlé.

Les gnostiques

Cette théorie est assez proche, en fait, de celles des gnostiques, pour lesquels les hommes sont des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel créé par un dieu mauvais ou imparfait appelé le démiurge. Ce démiurge peut être considéré comme une incarnation du mal, ou comme un dieu bon mais imparfait. Il existe aux côtés d'un autre être suprême plus éloigné et dont la connaissance est difficile, qui incarne le bien. Pour eux, la Lumière d’en haut préexiste seule à toute création. Un accident survenu dans le monde supérieur engendre une puissance difforme et ignorante, Ialdabaôth, autour de qui se forme un éon ténébreux, notre bas monde.
Selon les gnostiques, pour se libérer du monde matériel inférieur l'homme a besoin de la connaissance spirituelle ésotérique disponible à travers l'expérience directe ou la connaissance (sens de gnose) de l'être suprême. Jésus de Nazareth est identifié par certains cultes gnostiques comme une incarnation de l'être suprême qui s'incarne pour apporter la gnose aux hommes. On retrouve ainsi ce thème :
« Le Sauveur descend sur terre pour le salut des hommes et à son tour, il assume, pour un temps leur destinée. Non dans le but de donner un sens au monde à la souffrance ici-bas, mais pour délivrer les parcelles lumineuses qui s'y sont dévoyées 3. »

On comprend mieux, dès lors, le sens du dernier verset du « Notre Père », la seule prière enseignée par Jésus dans son sermon sur la montagne :
« Et ne nous fais pas entrer dans la tentation
Mais délivre-nous du Tentateur (ou du Malin) 4. »

Arrivés à ce stade de notre réflexion, il est important de souligner que ces écrits et ces théories n’ont jamais eu l’aval des autorités religieuses et que, pour le monde scientifique, elles ne peuvent être tenues comme vérifiables. Il est donc demandé au lecteur de faire abstraction de tout jugement mental et de tout raisonnement intellectuel pour aborder les pages suivantes. Qu’il se relie à l’entendement de son âme et se fie à son intuition afin de rester dans la perception et le ressenti.

Dans les chapitres qui vont suivre, certains textes ont été « inspirés ». Dans ce cas, ils ont été placés entre guillemets. A noter que toutes ces transmissions ont été effectuées aux aurores, dans un lieu exempt de toute pollution psychique ou énergétique (un parc naturel dans le sud de la France). Je précise également que, si je suis chrétien dans l’âme, je n’ai aucune appartenance religieuse.


SOMMAIRE

Prologue

Première partie : Chroniques d’un retour annoncé

Chapitre 1 : Est-il nécessaire de croire en Dieu ? Que savons-nous de la vie de Jésus ? La double nature de Jésus-Christ - Le Christ va-t-il revenir parmi les hommes ? Le retour du Christ selon les ésotéristes.

Chapitre 2 : La Parousie selon l’Evangile de Matthieu - Commentaires sur les versets 24 et 25 - La “fin des temps”.

Chapitre 3 : Les inspirés de la Bible - Moïse et le buisson ardent - Mahomet et l'ange Gabriel - Jésus-Christ et l’Amour du Père.

 

Seconde partie : La Libération des âmes

Chapitre 4 : Les livres apocryphes - Le livre d’Enoch - Que sait-on de Lucifer ? - Les gnostiques.

Chapitre 5 : La Source-Père - l’Ecclésiaste - La “création” de Lucifer - Le karma - Jean Baptiste et Elie - Lucifer et Yama - La chute des âmes.

Chapitre 6 : Le sang du Christ - Les entités de l’astral - L’éveil des consciences - Le Salut de Jésus-Christ.

Chapitre 7 : La Croix - La double rédemption de Jésus-Christ - L’héritage de la Croix.

Chapitre 8 : Le Salut de Jésus-Christ - Ancien et Nouveau Testament - L’abandon de l’ego - Se libérer de la matière.

Chapitre 9 : Le Chemin de la Libération - Religion et spiritualité - Les frontières de la mort - Les temps à venir.

Chapitre 10 : Retrouver ‘la vue’ - Créer l’abondance - Demandez, il vous sera donné - L’ouverture du cœur.

Chapitre 11 : La louange - L’adoration - Bénédiction et onction - Les temps qui viennent - Des jours meilleurs - La vie éternelle.

Chapitre 12 : La voie de la libération - Les vagues de l’ascension - Le prince des ténèbres - Votre origine divine - Au-delà de la dualité - Le nom de Dieu - Conseils pour le futur - Les brebis égarées - Retourner à la maison.

Epilogue : Le suaire de Turin – Bibliographie.



Partager

Commencer la lecture du livre

Retour du Christ

Réglez par carte bancaire avec PayPal, le système de réglement sécurisé.



Le commander en version papier : 19,90
port compris pays d'Europe uniquement

Le commander au format électronique : 10 €
14 CAD (dollar canadien)

Le commander chez Amazon.fr


Retour à l'accueil

Seconde édition
revue et augmentée

Cliquez pour commander le livre

"Se relier à la Source de Vie en permanence est la meilleure et la plus rapide des façons d’accéder à la conscience christique. Sachez que c’est mon vœu le plus cher et que je vous y attends avec joie, bonheur et simplicité."